Laissons le vent tourner les pages...

Laissons le vent tourner les pages ...

L'herbe était parsemée de petites pierres blanches et quelques oliviers bas y poussaient. L'après-midi était d'un jaune éclatant. Je m'assis dans l'herbe, sous un des petits arbres, dont les branches n"étaient guère loin de ma tête, et je me reposai en regardant Avignon de l'autre côté du Rhône. C'était très doux, très tranquille et très agréable, bien que je ne sois pas certain que ce fût tout ce que je me serais attendu à trouver dans une semblable combinaison d'éléments : le mur d'une vieille cité comme toile de fond, un baldaquin d'oliviers et, comme couche, la terre provençale.
Henry James, Voyage en France

lundi 24 juin 2013

Une belle surprise sur FR3 ❤ ❤ ❤ ❤


 





video


*Scalaë et les petites poupées magiques présentées sur la chaîne et en plus le jour de mon anniversaire, inutile de vous dire que j'étais très émue et tellement heureuse ! Bravo Laetitia !!!

vendredi 21 juin 2013

Ménerbes


Depuis le Belvédère vers la Porte St Sauveur, beau point de vue sur la vallée du Calavon, les monts du Vaucluse et le Ventoux ... que vous pouvez voir après les fleurs sauvages !



dans le jardin de la Cure




Vues depuis la voûte du Campanile, bâtiment du 15e siècle qui a abrité la mairie jusqu'en 1977.
Impossible de prendre une seule photo, la place était un vrai parking de voitures qui bouchaient l'horizon.
Le belvédère offre une vue magnifique et c'est de là que j'ai pu apercevoir en contrebas le Castellet...

place de l'Horloge

Le Castellet (Privé)

La construction originelle était médiévale. Avant-poste lors du siège de Ménerbes, le petit château conserve des reste du temps où il était une forteresse. Il permit à ses occupants une étonnante résistance. Cette demeure où vécut Nicolas de Staël, est toujours la propriété de sa famille.


C'est aussi sous la voûte que j'ai pu prendre cette autre image.


 Ensuite j'ai continué la montée par une rue bordée de belles demeures pour me rendre vers l'église
St Luc...qui fait actuellement  l'objet d'une restauration globale avec l'aide de l'Etat et de donateurs privés.
L'église avait été reconstruite au 16 siècle sur les bases de l'église St Sauveur.
Il y a un vieux cimetière, certaines familles peuvent encore enterrer leurs défunts.
J'ai fait tout le tour, admirer la merveilleuse vue , j'aurais bien pousser les vieilles grilles du cimetière mais elles restent closes.




1) La Cure (privé) utilisée comme salle de garnison pendant les guerres de religion, cette maison servit ensuite de presbytère , puis de salle paroissiale. La tombe du général Baron Robert se trouve dans le jardin.
Tout est en friche et abandonné, la grille était ouverte et c'est de là que j'ai pris la photo ainsi que celles du gros pissenlit...
2) La Porte St Sauveur, l'une des deux portes d'entrée du village au Moyen Âge
3) Poignée de porte découverte dans une petite ruelle...


La Carmejane (privé)

Dans la rue de l'Eglise, la Carmejane, magnifique hôtel particulier qui porte le nom d'un général Napoléonien. Construit au 18ème siècle sur les restes d'un édifice du Moyen-Age. Des vestiges d'encorbellement et une échauguette confèrent à cet hôtel un côté médiéval et baroque.







art street...

Aujoud'hui 21 juin, le jour de l'été et belle fête de la musique
pour moi comme on dit chez Petit Bateau :
Danielle  816 mois

dimanche 16 juin 2013

Ménerbes au fil des ruelles ...






La Citadelle (privé)

Construite dans son état actuel après le siège de Ménerbes. Il existait depuis le Moyen-Age des fortifications, des habitations et la fameuse tour Cornille qui a été détruite pendant le siège. Son aplomb et la ligne de crête du village ont donné une bonne raison à Nostradamus de de décrire Ménerbes "navire dans l'océan des vignes". Les gouverneurs étaient nommés par les Papes jusqu'à la Révolution et l'annexion du Comtat Venaissin par la France en 1793.


La Chapelle Saint-Blaise

Construite en 1734 par la Confrérie des Pénitents Blancs, elle possède un plafond en bois avec une rosace remarquable et un choeur magnifique. Pendant la période révolutionnaire, elle a servi de salle de réunion républicaine et sa façade a été malheureusement très abîmée.Aujourd'hui, lieu de culte pendant la période hivernale.









Le territoire habité dès le paléolithique fût envahi quelques siècles avant notre ère par des peuplades venues d'Europe centrale. Vulgientes, Vordenses d'abord, puis les Ligures, les Grecs et les Romains. Ménerbes, dont le nom rappelle celui de la déesse romaine Minerve, était une étape sur la Via Domitia qui reliait Rome à Cadix.
Au Moyen-Age, les Germains, les Alains, les Vandales, les Ostrogoths occupent la vallée du Rhône et du Comtat.
C'est au prieuré Saint-Hilaire que s'arrêta Saint-Louis de retour des croisades. Des moines l'habitèrent jusqu'à la Révolution.
 En 1215, lors du Concile de Montpellier, Simon de Monfort obtint le Comté de Toulouse et le Comtat fut attribué à l'Église. Ménerbes, village déjà fortifié, marquait la limite sud du Comtat Venaissin.
Un des grands moments de l'histoire de Ménerbes se situe au 16ème siècle lors des guerres de religions.
Le village enlevé par surprise par les Huguenots fût occupé de 1573 à 1578 et soutint un siège de la part des troupes catholiques appartenant au Pape et au Roi de France. La tour Cornille fut détruite à cette époque.
En 1781, le Comte de Rantzau, capitaine du Roi de Danemark, se réfugia à Ménerbes, vécut dans l'hôtel Tingry jusqu'à sa mort en 1789 et fut enterré dans le jardin de la Citadelle.
La Révolution Française provoqua un bouleversement et Ménerbes, comme tout le territoire papal, sera annexé en 1793.
Destination touristique par excellence, Ménerbes a attiré de nombreux artistes et attire toujours « les migrants pacifiques » du monde entier.
(source www.menerbes.fr)

mardi 11 juin 2013

Ménerbes : grilles et portes

















Le nom de ce bourg serait lié à celui de la déesse romaine Minerve. L'histoire de Ménerbes est liée,au Comtat Vénaissin auquel elle fut intégrée dès 1274. Cette place forte, occupée en 1573 par les huguenots qui en firent un camp retranché, sera ensuite assiégée par les troupes catholiques conduites par le grand prieur de France Henri d'Angoulême. Elle devint le théâtre de durs combats. Après plus de cinq années de siège, les calvinistes capitulèrent. Il s'ensuivit une période de paisible prospérité durant laquelle les notables se multiplièrent, le droit coutumier pontifical considérant que toute charge vaut noblesse.

samedi 8 juin 2013

Ménerbes : insolite


" Le temps perdu à égrener des regrets nous empêche d'avancer !"
(pour vous éviter de prendre la loupe, pancarte sur la fenêtre du premier)







Une petite invitation dans un véritable bric à brac, une cafetière, une tasse, des arrosoirs, une chaise rose à l'ombre, une échelle pour monter aux arbres et une tour pour loger trois petits chats ? Mais aucun n'était là pour recevoir une caresse...Bizarre, bizarre, bizarre ! Vous avez dit bizarre, comme c'est bizarre !
Je ne peux vous en dire plus, une bizarrerie dans le décor mais qui a retenu mon regard lors de la montée vers le haut du village.